Test

Renouer avec le silence

Test d’Aleksandr Kott est un film russe audacieux. Audacieux par la forme puisque le film ne comprend absolument aucun dialogue, les échanges entre les personnages étant uniquement perçus à travers les expressions de leurs visages et de leurs corps.

D’une esthétique rare, inspiré d’une histoire vraie survenue en URSS durant la guerre froide, le film raconte le destin d’une petite communauté attachante vivant isolée au milieu de la steppe.

Le décor est recentré sur l’essentiel : une maison en quasi ruine au milieu d’un paysage plat comme la main laissant un espace immense fait d’horizon. La musique douce et envoûtante et l’absence de dialogue permet de rendre le film universel, pas de barrière de la langue ici. Le spectateur s’identifie et s’attache facilement aux personnages dont les émotions sont lisibles.

Le film, s’il est parfois contemplatif, n’est pas dépourvu d’intrigue. On reste attentif à chaque instant afin de comprendre les actions, projets, désirs, et frustrations de chacun et on suit avec délices les battements de cœur de la jeune femme au centre du film.

Après la projection, le réalisateur et l’un des acteurs principaux, venus spécialement de Moscou pour le Luxembourg Film Festival, échangent avec le public. Les mots d’anglais de nos invités manquent de nuances pour exprimer avec précision le travail ciselé qui fût mené. Heureusement une spectatrice russophone se propose de devenir l’interprète de nos questions et de leurs réponses. Un moment d’échange enrichissant.

Nicolas Margot

Show commentsHide comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.